Actualité

photo-soleil-s-

Comment se prémunir des effets du soleil ?

Protection solaire

Préparer sa peau au soleil :

L’huile essentielle de carotte, parfaite pour offrir à notre peau un coup d’éclat un mois avant les vacances, ajoutez 5 gouttes d’huile essentielle de carotte  dans votre lait ou votre huile hydratante pour le corps et 1 goutte dans votre crème visage. Cela prépare la peau au bronzage, permet de l’accentuer et donne immédiatement de l’éclat.  Attention toutefois, elle est contre-indiquée en cas d’hypertension.

Image associéePréparez votre peau pour l’été avec Phytobronz : 1 capsule par jour au moment du repas, au minimum 15 jours avant, pendant et après l’exposition au soleil ou aux UV artificiels.

 

 

Avant l’exposition :

Appliquer une crème solaire. Choisir un indice de protection élevé (SPF 50+) pour les bébés, les enfants, les femmes enceintes, les personnes intolérantes au soleil ou prenant un médicament photo sensibilisant.

Image associée

NOUVELLE GAMME disponible dans notre pharmacie.

Les coups de soleil :

Un coup de soleil est une brûlure de la peau,  les cellules de la couche superficielle de la peau sont détruites ou endommagées.Adoptez les bons gestes pour soulager la douleur et éviter les cicatrices. Dès l’apparition des symptômes du coup de soleil (rougeur, inflammation) mettez-vous à l’abri des rayons UV pour favoriser la baisse de la température de la peau dans les heures qui suivent, passez la zone brûlée sous l’eau tiède ou froide. Elle peut être traitée avec l’application d’une quantité généreuse d’une crème de type « URGO Brûlure et Coup de Soleil ». Apaisante, elle calme la douleur.Image associée

La Photosensibilisation médicamenteuse

Résultat de recherche d'images pour "médicament soleil"

La photosensibilisation est due à la rencontre de rayons lumineux et d’un produit réactif : « Quand on prend un médicament sous forme de comprimé ou de sirop, ses actifs se diffusent dans l’ensemble du corps, y compris la peau »

Comme toute réaction allergique, ce type de photosensibilisation survient après une seconde administration du médicament responsable. Dans un laps de temps de 24 à 48 heures après l’exposition, l’allergie provoque une forme d’eczéma : rougeurs, démangeaisons, œdème, apparaissent d’abord sur les régions exposées au soleil, puis s’étendent aux zones protégées par les vêtements.

Voici les principales familles de médicaments photo sensibilisants 

  • Certains antibiotiques exemples : DOXYCYCLINE, CIPROFLOXACINE…
  • Les médicaments contenant de l’amiodarone(comme le Cordarone) utilisés en traitement des troubles du rythme cardiaque.
  • Les diurétiquescontenant des sulfamides (hydrochlorothiazide).
  • Les antidépresseurset les neuroleptiques : Laroxyl (amitriptyline), Prozac (fluoxétine), Deroxat (paroxétine), Théralène (alimémazine)…
  • Lestraitements anticholestérol : Lipanthyl (fénofibrate), Zocor (simvastatine)
  • Certains hypoglycémiants : DAONIL glibenclamide
  • Les anti-inflammatoires contenant du kétoprofène, surtout sous forme de crème. Le plus connu est le gel Kétum.

Résultat de recherche d'images pour "soleil + médicament" La notice du médicament indique par un sigle le risque de photosensibilisation

Pour la conduite à tenir demander conseil à votre médecin qui décidera d’un arrêt ou d’un ajustement de posologie ou de moment de prise.

 

 

Image allergies

Les Allergies

                                                                 Image allergies

 

 

   Une allergie est une réaction anormale et spécifique de l’organisme au contact avec une substance étrangère (=allergène). Ces allergènes peuvent se trouver dans l’air, l’alimentation ou les médicaments. A leurs contact, le système immunitaire réagit par une réponse adaptée de façon immédiate ou retardée.
→ Une allergie se développe en 2 temps :
1er temps : la phase de sensibilisation, lors de laquelle l’allergène (=pollen, acariens…) entre pour la première fois dans l’organisme. Pendant cette phase qui peut durer plusieurs années, l’organisme devient sensible à/aux allergène(s) mais aucun symptôme n’est observé.
2ème temps : la phase réactionnelle survient lorsque le patient et de nouveau exposé a l’allergène, l’organisme répond de façon exagérée à la présence de l’allergène et met en œuvre des réactions visant à le neutraliser.

L’origine
L’origine de l’allergène peut être :
2360-BienetreSante-260-Page-022
– alimentaire : arachide, gluten, lait de vache, fraise, œuf….
– poils d’animaux, venins d’insectes : guêpes, frelon, araignées, blattes….
– certains médicaments ou produits chimiques : antibiotique à la penicilline, parfum, conservateur, extrait de végétaux (=latex)….
– les métaux : nickel, les boutons de jean, bijoux…
Cependant les principaux allergènes sont les pollens et les acariens.

 

 

Signesallergies symp
Les symptômes se manifestent par des éternuements, une constriction des voies respiratoires, un larmoiement ou irritation oculaire, une éruption cutanée (=eczéma)  …

Traitements médicamenteux
• Traitement de fond :
pills
– les médicaments anti-histaminiques en vente libre ou non
– les médicament sous forme orale, collyre, spray nasal
– les spray aérosols bronchodilatateurs
• En cas de crise symptomatique :
– les médicaments corticoïdes sous forme orale ou inhalé (= bronchodilatateurs en cas de crise d’asthme)
Traitements complémentaires
• En homéopathie : Rhinallergy      rhinallergie
• En phytothérapie :  Plantain,  Pensée sauvage Arkogélules      pensée sauvage arko
• Autres : Les probiotiques
→ Ce sont des ferment lactiques qui ont pour rôle de protéger la flore intestinale et de stimuler le système immunitaire. Ils ont une action de prévention sur certaines réactions immuno-allergiques surtout chez les enfants.

 

morsure tique

QUELLE ATTITUDE ADOPTER FACE A UNE MORSURE DE TIQUE ?

Les tiques sont présentes dans toutes les régions de France, principalement de mai à octobre. On les retrouve dans les forêts, mais également dans les jardins, les prairies et dans toutes les zones où vivent des animaux. Elles affectionnent les zones chaudes et humides du corps, où l’épiderme est particulièrement fin comme le cou, les aisselles, l’entrejambe, derrière les oreilles et les genoux.

Pour limiter le risque de morsure, il est recommandé avant toute promenade dans une zone à risque, d’appliquer un répulsif adapté sur la peau et de porter des vêtements longs. Et au retour, examinez systématiquement votre corps et celui de vos enfants afin de déceler au plus vite une éventuelle morsure.

La tique mord sans provoquer de douleur, seules des démangeaisons peuvent apparaître dans les heures qui suivent généralement.

COMMENT RETIRER UNE TIQUE ?

Une tique se retire avec un outil adapté, un tire tique vendu en pharmacie ou une pince sans griffe, en veillant à la dévisser et non à l’arracher: on tourne délicatement, sans tirer, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, jusqu’à ce que la tique se décroche d’elle-même. Ce procédé est rapide et indolore. Il arrive parfois que l’on arrache le corps de la tique en laissant la tête sous la peau, dans ce cas, consulter systématiquement un médecin pour la faire enlever.

 

retrait tique

 

Une fois retirée, la peau doit être systématiquement désinfectée avec une solution antiseptique, mais pas avant!

Toute autre méthode ( éther, vaseline, pince à épiler…) est à proscrire et dangereuse car elle peut favoriser l’endormissement de la tique et sa régurgitation ou favoriser l’arrachage de la tique et donc la transmission de la bactérie responsable de la maladie de Lyme.

Ensuite, la zone devra être surveillée attentivement pendant une trentaine de jours afin de prévenir l’apparition d’un erythème migrant (cercle rouge en cocarde autour de la morsure mesurant parfois plusieurs centimètres de diamètre et pouvant disparaître spontanément ). C’est le premier signe de la maladie de Lyme mais présent dans un cas sur deux. En présence de cette tâche rouge, de fièvre ou de tout autre symptômes suspects, la consultation médicale est alors obligatoire et nécessitera peut-être une antibiothérapie.

NOTRE CONSEIL:consulter systématiquement un médecin  si la morsure date de plus de 48h, pour les enfants de moins de 4 ans ou les femmes enceintes.

 

 

 

 

rhume

Le rhume

Comment se transmet-il ?

Certains virus ou bactéries peuvent survivre quelques secondes à plusieurs heures en dehors du corps humain. La transmission peut être directe d’un individu à l’autre (poignée de mains, contact main-visage…) ou indirecte par l’intermédiaire d’objets (jouets, poignée de porte, robinets, interrupteurs…). Ensuite, l’individu se contamine par auto-inoculation des mains vers la muqueuse buccale, nasale ou ophtalmique.

Comment le prévenir ?

Par des gestes simples :

  •           Lavage des mains : il permet d’éliminer les souillures et de réduire la flore cutanée transitoire. Les produits les plus souvent utilisés sont l’eau et le savon. Pour limiter l’effet desséchant des savons, privilégier des savons surgras et les savons sans savon. Il existe aussi les solutions hydroalcooliques ou SHA. Ce sont des solutions antiseptiques cutanées à séchage rapide possédant des propriétés antimicrobiennes mais sans aucun pouvoir nettoyant. Elles sont donc indiquées dans l’antisepsie de la peau saine, sèche et propre. Il existe quelques précautions d’emploi avec les SHA : elles ne doivent pas être portées à la bouche tant qu’elles ne sont pas sèches, éviter leur application chez les nourrissons et sur les muqueuses, ne pas les utiliser pour désinfecter une plaie.
  •           Hygiène du nez:

Le sérum physiologique, solution de chlorure de sodium isotonique, permet de nettoyer les fosses nasales. Il humidifie les mucosités et aide à décoller les sécrétions adhérentes. Il élimine les allergènes et micro-organismes fixés au niveau des muqueuses limitant ainsi les risques de prolifération.

L’eau de mer enrichie en soufre est un stimulant immunitaire, la manganèse est anti-inflammatoire, anti-allergique. L’eau de mer enrichie en cuivre est anti-infectieuse.

L’eau de mer hypertonique permet une décongestion rapide en cas d’obstruction nasale. Responsable de picotements ou d’irritations locales, elle est à utiliser sur une courte durée.

  •           Port d’un masque : il va permettre de limiter la propagation des agents pathogènes par le malade.

 

 

Par une prévention orale :

En cure à l’automne, d’une durée variable d’une semaine à quelques semaines :

  •           Eleuthérocoque : c’est une plante anti-asthénique et un stimulant immunitaire. Elle aide l’organisme à résister aux affections virales.
  •           Echinacée : elle a des propriétés immunostimulantes. Elle possède aussi des pouvoirs anti-infectieux et anti-inflammatoires.
  •           Cyprès : il a une activité virustatique et parfois même virrucide.
  •           Propolis : elle est dotée de propriétés anti-inflammatoires, immunostimulantes, antibactériennes et antivirales. Elle est riche en vitamine A et B, acide aminés et oligoéléments.
  •          Gelée royale : elle protège des infections,et possède des propriétés antivirales. Elle est source de protéines, glucides, lipides, vitamines, sels minéraux et oligoéléments.

 

 

 

virus grippe

L’ essentiel sur la grippe

La grippe est une infection causée par un virus qui s’attaque au système respiratoire et se répercute sur tout l’organisme. A ne pas confondre avec le rhume banal, elle dure de 3 à 7 jours et peut entraîner des complications parfois dramatiques chez les personnes âgées ou fragilisées par une pathologie sous-jacente.

Les épidémies débutent généralement dès novembre pour disparaître en février mars. Elles frappent chaque hiver des millions de personnes avec un taux de mortalité en France d’environ 7500 décès par an chez les plus de 75 ans. D’où l’intérêt de la vaccination. Pour les plus de 65 ans ou les personnes atteintes d’une affection longue durée, cette vaccination est prise en charge par la caisse d’Assurance maladie par le biais d’un formulaire à présenter au médecin puis au pharmacien.

 

COMMENT DISTINGUER LA GRIPPE D’UN SIMPLE ETAT GRIPPAL ?

Il ne faut pas confondre grippe et rhume.

Les symptômes d’un rhume ou d’un état grippal sont souvent passagers et d’intensité modérée avec fatigue, éternuements, fièvre modérée…

La grippe se caractérise par une atteinte brutale des voies respiratoires ( nez, gorge, bronches ) avec congestion nasale, parfois toux sèche rebelle, et une atteinte de l’état général avec frissons, forte fièvre ( 39° c et plus..) maux de tête, douleurs musculaires ou abdominales, courbatures, nausées, manque d’appétit, et une fatigue qui cloue au lit! Les symptômes s’estompent en 5 à 6 jours si aucune complication ne survient. Mais la fatigue peut perdurer jusqu’à plusieurs semaines…

 

DES COMPLICATIONS PLUS GRAVES CHEZ LES PERSONNES FRAGILES

Face à cette infection virale, certaines personnes sont plus vulnérables : les personnes âgées, celles fragilisées par grippe 3une maladie chronique ( certaines affections broncho-pulmonaires, asthme, cardiopathies et insuffisance cardiaque, nephropathies, diabète, déficits immunitaires…) chez qui une détresse respiratoire ou une décompensation de la maladie chronique est à craindre…

Les jeunes enfants et les nourrissons également, chez qui de fortes fièvres peuvent entraîner des convulsions.

alerte grippe

MODE DE TRANSMISSION

La contagiosité est maximale pendant la période d’incubation ( 2 à 3 jours avant les premiers signes ) et durant les 2 à 3 jours qui suivent le début de l’infestation.

La transmission suit toujours le même schéma : une personne malade projette des gouttelettes de salive dans l’air      ( en parlant, toussant ou éternuant…), des millions de virus se retrouvent dans l’air et peuvent être inhalés par d’autres personnes qui seront contaminées à leur tour et ainsi de suite… La contamination peut également se faire via des mains ou des objets souillés par des gouttelettes de salive.

 

QUELLES MESURES DE PREVENTION PEUT-ON PRENDRE?

Il existe quelques gestes simples à adopter :

  • lavages fréquents des mains ( eau et savon ) et utilisation de solution hydroalcoolique désinfectante
  • utilisation de mouchoirs jetables à jeter dans une poubelle couverte
  • éviter les lieux très fréquentés et confinés ainsi que les grands rassemblements en cas d’épidémies
  • isolement du malade, port d’un masque par le malade pour stopper les projections de salive émises par le patient grippé. Le masque est également recommandé aux personnes en contact avec des sujets à risque ( personnes âgées en collectivité, nourrissons…). Il est recommandé de changer ce masque dès qu’il devient humide. En l’absence de masque, tousser ou éternuer dans le pli du coude et ne pas cracher par terre.
  • ne pas partager la vaisselle, les surfaces et objets peuvent être désinfectés à l’alcool ou à l’eau de javel diluée
  • aérer les chambres et les pièces régulièrement
  • la meilleure arme reste encore la vaccination antigrippale, technique qui consiste à injecter à l’organisme un antigène viral inactivé pour permettre sa mise en mémoire pour qu’à l’avenir, lors d’une contamination vraie, l’immunité acquise puisse s’activer de façon plus rapide et plus forte.

Le vaccin est gratuit pour les personnes fragiles ( plus de 65 ans, personnes atteintes de certaines maladies…),  seuls les nourrissons en particuliers de moins de 6 mois , ne peuvent bénéficier du vaccin, ils doivent donc être protégés par leurs proches grâces aux mesures citées plus haut.

Cette vaccination est particulièrement recommandée chez la femme enceinte chez qui la grippe représente un réel danger avec des formes graves potentiellement létales. Elle est recommandée à partir du 2ème trimestre et elle permet de protéger le nourrisson durant au moins 3 mois ( via les anticorps maternels ).

Il convient de renouveler le vaccin chaque année car de nouvelles souches de virus de la grippe apparaissent et changent constamment. Les épidémies peuvent survenir d’octobre à mars, la meilleure période pour se faire vacciner va du mois d’octobre à mi décembre, un délai de 15 jours est nécessaire à l’organisme pour la production d’anticorps responsable de la protection.

Le tabac fragilisant la muqueuse bronchique, il est prudent pour les fumeurs de se faire vacciner afin d’éviter une surinfection pulmonaire et une dégradation bronchique pulmonaire…

grippe vaccination

  • pour les réfractaires à la vaccination, il existe chez votre pharmacien des solutions alternatives en homéopathie et en phytothérapie à commencer au début de l’automne avec des souches telles que Influenzinum, Oscillococcinum, Serum de Yersin, Thymuline, et des plantes immunostimulantes comme l’Echinacée, Pelargonium, Propolis…

 

LA GRIPPE EST LA : COMMENT LA SOIGNER?

Selon l’ordre des pharmaciens, le traitement est simple : on utilise le paracétamol (éviter l’aspirine surtout chez l’enfant ) pour faire baisser la fièvre et calmer douleurs et courbatures, il faut veiller à bien s’hydrater et accessoirement prendre de la vitamine C pour lutter contre la fatigue. On pourra selon ses besoins utiliser un décongestionnant nasal et/ou un antitussif pour toux sèche. Il faut se reposer et ne pas vaquer à ses occupations habituelles, au risque de se fatiguer et de faciliter la propagation du virus…

Il est rappelé que les antibiotiques sont sans effet contre la grippe, sauf en cas de surinfection bactérienne, dans ce cas, seul le médecin peut décider de leur prescription.

Dans certains cas spécifiques, le médecin peut prescrire des antiviraux à titre curatif ou préventif, mais ils ne sont efficaces que s’ils sont pris au début de l’infestation.

grippe 1

thumb2-facebook-3d-logo-social-networking-symbols

Facebook.

Nouveau.

Rejoignez nous sur notre page Facebook pour suivre nos infos et nos promos…!

A bientôt !

8

Ouverture du Drive.

Nouveau.

Depuis janvier 2017, la pharmacie possède un PharmaDrive sur le coté de son bâtiment.

Le sens du parking a été changé afin d’en faciliter l’accès.

Un paquet à venir rechercher, un enfant qui dort dans la voiture, ou tout simplement pressé….N’hésitez pas à passer en voiture au PharmaDrive.

index

Novembre, le mois sans tabac.

Pourquoi attendre les bonnes résolutions de début d’année si on peut commencer dès maintenant ?

Toute notre équipe officinale est à votre écoute pour répondre à toutes vos questions concernant les différents substituts nicotiniques.

Si vous le désirez, nous pouvons mettre en place un programme de soutien personnalisé afin de vous aider,en toute confidentialité, dans votre démarche.

 

cheveux 4

MES CHEVEUX TOMBENT, QUE FAIRE ?

Une chute de cheveux est normale lorsqu’elle concerne entre 30 et 100 cheveux par jour. Au delà, on parle de chute excessive.

 

 

La Vie du cheveu

Le cuir chevelu humain possède 100 000 à 150 000 follicules pileux ( bulbe produisant le cheveu ) qui se développent chacun de façon cyclique. Ce cycle comprend trois phases :

  • une phase anagène où le cheveu croît d’environ 1 cm par mois, qui dure chez la femme de 4 à 6 ans et chez l’homme de 2 à 4 ans. Cette croissance est soumise à de nombreux facteurs : environnementaux, apports nutritionnels adaptés ( fer, protéines, zinc, vitamines, acides aminés soufrés … ) , facteurs hormonaux…
  • une phase catagène de transition de 3 semaines où la croissance cesse, le cheveu se déracine…
  • une phase télogène de repos de 2 à 6 mois où le cheveu tombe progressivement repoussé par un nouveau cheveu qui prend naissance.

Chaque follicule est programmé pour produire 20 à 25 cheveux.

 

IDENTIFIER LE TYPE DE CHUTE

On distingue 2 types :

  • la chute aigue, souvent réactionnelle à un évènement, qui survient dans les 2 mois qui suivent un accouchement, une forte fièvre, un choc opératoire, une carence aigue, une perte de poids… Dans cette catégorie, également la chute saisonnière de l’automne où les cheveux mis à rude épreuve durant la saison estivale par les UV, les baignades, les shampooing quotidiens, perdent en densité et tombent en quantité plus importante que d’habitude.Une chute aigue ne dépasse en général pas 6 semaines. Inutile de paniquer, mieux vaut anticiper avec une cure de soins spécifiques : compléments alimentaires pendant un minimum de 3 mois et soins externes à savoir shampooings et lotions visant à nourrir le cheveu avec des nutriments, des antioxydants, et favorisant la microcirculation ou régulant la sécrétion de sébum.

 

  • si la chute persiste plus de 3 mois, on parle de chute chronique, il peut s’agir d’une alopécie androgénogénétique à caractère héréditaire, elle touche principalement les hommes mais peut aussi concerner la femme après 50 ans : sous l’effet de certaines hormones les cycles pilaires s’accélèrent, le follicule pileux se miniaturise et disparaît progressivement.

 

D’autres cas particuliers existent : la chute peut être toxique ou médicamenteuse, à la suite d’un traitement de chimiothérapie ou en pelade ( chute par plaque ) d’origine auto immune. Ces deux cas nécéssitent un suivi médical précis.

 

 QUELLES SOLUTIONS ?

Selon le type de chute :

  • choisir un shampooing adapté pouvant éliminer les facteurs aggravant la chute : séborégulateur, assainissant, nutritif, stimulant… à faire 2 fois par semaine en alternance avec une base lavante douce si besoin. Exemple : Klorane à la quinine, Phytolium de Phyto, Vichy Dercos…

 

  • utiliser une lotion stimulante qui permet par un léger massage d’assainir le cuir chevelu, d’activer la microcirculation, tonifier le bulbe pileux et favoriser son ancrage, réguler la sécrétion de sébum. A utiliser avant ou après le shampooing selon le produit, en ampoule ou en spray, 2 à 3 fois par semaine… Exemple : Quinafort de Klorane, Chronostim de Ducray…

 

  • cas particulier du minoxidil : c’est un vasodilatateur initialement prescrit dans l’hypertension, dosé à 2 % ( voir 5% pour les hommes ) qui appliqué quotidiennement pendant 8 à 12 semaines donne des résultats dans 70 % des cas. Exemple : Dercos aminexil, Minoxidil Bailleul

 

  • enfin, prendre des compléments alimentaires à base de vitamines du groupe B, vitamine E, acides aminés soufrés, fer, zinc, plantes séborégulatrices… en cure 2 fois dans l’année.                                                                          Exemple : Forcapil, Les 3 Chênes capillaires, Expert cheveu Forte pharma…

 

cheveux 2

 

NOS CONSEILS

Eviter les brushings trop agressifs, trop fréquents ou trop chauds et les brossages agressifs…

Espacer autant que possible les colorations, permanentes…

Protéger les cheveux du soleil en utilisant un produit spécifique dotés de filtres solaires.

Après un bain de mer ou de piscine, rincer les cheveux à l’eau claire pour éliminer le sel ou le chlore. Faire un shampooing doux le jour même.

Une à deux fois dans l’année, faire une cure d’ un complément adapté avec vitamines et nutriments spécifiques au cheveu.

cheveux 1

240_F_85168848_NBSP9BX7S8RXK6piPG7cTA0GzlWI2IfF

Nouvelles Gammes : Luc et Léa, BepanthenSoleil, Mustela Peaux Sensibles…

_La nouvelle collection de sucettes « Luc et Léa » est arrivée.

De nombreux modèles, de la naissance aux +18 mois, répondront aux attentes de vos chérubins…

 

luc-et-lea-sucette18

_BepanthenSoleil est une gamme de protection Spécifiquement destinée aux peaux sensibles de toute la famille. Sa formule a été conçue pour protéger, hydrater et régénérer la peau, dans une formule Haute Tolérance.

BEP1

_Mustela. Nouvelle gamme de soins pour la peau très sensible de bébé! Apaise les rougeurs et les sensations de picotements. Cette gamme contient 0% de parfum et 98% d’ingrédients d’origine naturelle.

mustela nouvelle gamme peau tres sensible

Coordonnées

Pharmacie Glacis du Château
25 Avenue du Capitaine de la Laurencie
90000, Belfort
Tel : 03 84 54 08 55
Fax : 03 84 54 09 82

Ecrivez nous

Bien-être et santé

Site réalisé par